Les auditions de rentrée pour l’orchestre auront lieu les lundis 11 et 25 septembre à partir de 19h au CRR, 14 rue de Madrid, 75008 Paris.

Les auditions de rentrée pour le choeur auront lieu les mercredis 13 et 20 septembre à partir de 19h à la Sorbonne, 17 rue de la Sorbonne, 75005 Paris.

Inscriptions aux auditions dans  notre  rubrique « nous rejoindre« .

Pour rejoindre l’orchestre :

Vous devez préparer un morceau rapide et un morceau lent de votre choix. Il s’agit pour le chef d’évaluer la technique et le son. Les auditions se dérouleront les lundis 11 et 25 septembre 2017 à partir de 19h au CRR de Paris, 14 rue de Madrid Paris 8e.

Pour rejoindre le chœur :

Il vous sera demandé de faire quelques vocalises afin que le chef puisse tester votre voix et sa justesse. Le chœur est ouvert à tous, débutant ou non, et la connaissance du solfège est conseillée mais pas indispensable. Les auditions se dérouleront en septembre, les dates précises seront communiquées prochainement.

Informations et inscriptions aux auditions dans  notre  rubrique « nous rejoindre« .

recrutement-rentree-2016-choeur-paris

Rejoignez nous en passant les auditions de recrutement : 

Pour rejoindre l’orchestre :

Vous devez préparer un morceau rapide et un morceau lent de votre choix. Il s’agit pour le chef d’évaluer la technique et le son.

Pour rejoindre le chœur :

Il vous sera demandé de faire quelques vocalises afin que le chef puisse tester votre voix et sa justesse. Le chœur est ouvert à tous, débutant ou non, et la connaissance du solfège est conseillée mais pas indispensable.

Informations et inscriptions aux auditions sur  dans  notre  rubrique « nous rejoindre« .

« Les coulisses musicales : Carlos Dourthé, chef d’orchestre !

Mardi 2 juin prochain, à 20h en la cathédrale Saint-Louis des Invalides, retentiront les premières mesures de l’Ouverture dite Tragique (opus 81) de Brahms, suivies de la première grande œuvre d’envergure de Puccini, la Messa di gloria, composée alors qu’il avait à peine plus de 20 ans.

C’est la jeunesse énergique et passionnée de l’orchestre et du chœur des Universités de Paris qui interprétera ce programme magistral, sous la baguette de Carlos Dourthé, à qui nous avons pu poser quelques questions en avant-première d’un concert s’annonçant exceptionnel !

Ce n’est pas la première fois que vous venez vous produire aux Invalides… Quelles sont vos impressions sur ce monument, lieu inhabituel pour un concert ?
C’est en effet au moins la troisième fois que je viens ici aux Invalides, et c’est toujours un honneur pour moi de pouvoir me produire ici. C’est un lieu qui nous porte, rien que par sa beauté et par ce qu’il représente : avant même de parler de la musique, c’est un lieu dont chaque visiteur perçoit la dimension sacrée et historique en y entrant, et cette perception commune du lieu permet curieusement aux musiciens et aux choristes d’être musicalement dans la même couleur. Quant au niveau de l’acoustique, un travail d’adaptation important est nécessaire pour chaque musicien et chanteur, car si l’on s’aide de l’ampleur du lieu pour obtenir une couleur musicale particulière, on doit se concentrer pour réduire l’effort et la puissance des instruments afin d’éviter une réverbération trop forte. C’est un équilibre à trouver.

Et comment avez-vous choisi le programme de ce concert ?
Il y a forcément l’impératif du chœur qui détermine le choix de l’œuvre en premier lieu. Et puis Puccini s’est imposé assez naturellement avec la Messa di gloria dont le caractère sacré est en accord parfait avec le lieu. C’est aussi une grande première pour moi de travailler l’œuvre de Puccini, qui adorait les voix, et cet amour des voix s’entendra mardi ! Quant à l’Ouverture dite Tragique de Brahms, elle comporte une dimension dramatique très forte et qui trouve un écho juste et poignant avec l’œuvre de Puccini.

Quelques précisions sur la Messa di gloria pour nos spectateurs ?
C’est une œuvre très claire pour le public : l’intention du compositeur est perceptible dès le début de la Messa di gloria, son message est pour ainsi dire en filigrane, diaphane et transparent dès les premières mesures. Puis, à l’arrivée des chœurs, toute l’énergie et la puissance de Puccini se déploie – et c’est remarquable – avec une très grande souplesse, c’est rare et c’est la force de cette œuvre. Puccini a su s’adapter avec brio au genre sacré de la messe, alors qu’il est plus connu pour le succès de ses opéras.

Et d’ailleurs, que diriez-vous à ceux qui n’aiment pas ses opéras ?
Je leur dirai que c’est l’occasion de se réconcilier avec l’œuvre de Puccini, c’est vraiment une autre facette de ses talents de compositeur, très différente des opéras bien connus. C’est une vraie découverte qu’on aime de plus en plus tout au long de l’écoute de la Messa di gloria. Et c’est aussi une œuvre très accessible, à la fois dans son format – assez court, d’une cinquantaine de minutes – et dans sa musicalité.

L’orchestre et chœur des Universités de Paris est une formation composée d’étudiants, comment en arrive-t-on au choix peu commun de diriger une telle formation ?
Quand on dirige une formation comme celle de l’O.C.U.P., on sait que la musique n’est pas leur activité principale, mais c’est l’assurance d’avoir face à soi des jeunes passionnés avec une vivacité d’esprit et d’intelligence qui est extrêmement stimulante. J’ai cette chance de travailler avec des profils d’une diversité extrême, et de pouvoir les façonner, les réunir de façon homogène et claire autour d’un même projet : c’est fascinant ! J’ai aussi été enseignant un peu plus tôt dans ma carrière, et c’est formidable de pouvoir arriver à un moment de sa vie où l’on peut communiquer et transmettre son expérience aux plus jeunes.

Pour finir, quelques mots pour décider ceux qui n’ont pas encore acheté leurs billets :
Il y a beaucoup de belles salles à Paris, mais aux Invalides on a la chance d’avoir un lieu unique par son atmosphère, combiné à l’envie et au désir de jeunes artistes, cela va donner quelque chose de très fort – je dirais même explosif ! – qu’on ne trouve nulle part ailleurs. »

Source :  Musée de l’Armée 

[tabgroup][tab title= »Répertoire »]

Orchestre

Musique de films :

Rhapsody in blue, GERSHWIN – Piano : Gaspard DEHAENE

Concerto de l’adieu, DELERUE – Violon : Anne-Sophie KASSUBECK

Star Wars, John WILLIAMS

Mais aussi ROTA, HERRMANN ET MUZARD

————————————————————————————-

Le songe d’une nuit d’été (ouverture), MENDELSSOHN

 

Chœur

Musique de film

Hommage à John WILLIAMS

 

Orchestre et Chœur

Requiem en do mineur, CHERUBINI

Le cinq mai, BERLIOZ

 

 

[/tab]

[tab title = « Concerts »]

Orchestre

Le  Février, 20h, Grand Amphithéatre de la Sorbonne

 

Chœur

Concerts avec l’Orchestre Colonne

Le 20 mars, 11h à la Philharmonie de Paris

 

 

Orchestre et Chœur

Le 29 mai à la Cathédrale d’Orléans

Le 31 mai à la Cathédrale des Invalides

[/tab][/tabgroup]

Vingt ans, déjà…

« Il y a maintenant bien des années que je rencontrai pour la première fois Colette Jégouzo. Qui aussitôt me parla avec une passion communicative de cette formidable entreprise qu’elle avait créée quelque temps plus tôt. Réunir des étudiants des universités parisiennes de diverses disciplines, en un orchestre et un chœur qui monteraient plusieurs programmes chaque année pour les donner en concert. J’aime ici ce mot de « donner » un concert. Donner de soi, donner à partager la beauté par le fruit de son travail. Inutile de dire combien d’emblée j’ai été conquis.

Car si cette pratique est largement répandue dans les universités anglo-saxonnes, on ne la rencontre que rarement dans les pays latins. Et pourtant, quelle exceptionnelle source d’équilibre et d’épanouissement pour chacun ! Et quel magnifique apprentissage de la vie sociale ! À l’orchestre ou dans le chœur, on ne peut obtenir une sonorité collective et participer à un discours sonore cohérent que par l’écoute mutuelle des uns et des autres. Régler son jeu, son timbre, son intensité, ses attaques, son phrasé, son articulation en fonction des autres, dans un but commun. À l’image d’une société où tous sont solidaires pour un idéal à atteindre et y trouvent leur gratification et leur bonheur.

Les réussites de l’orchestre et du chœur des universités de Paris montrent à quel point des jeunes d’aujourd’hui peuvent s’impliquer dans un grand projet artistique, pour faire vivre cette musique « classique », ou « savante », si négligée, voire décriée par ceux qui l’ignorent. Au fil des ans, j’ai pu constater l’évolution de l’entreprise. L’accroissement du nombre des participants, l’élévation de leur niveau technique et artistique, la qualité de leur engagement, les progrès accomplis malgré l’inévitable renouvellement des effectifs d’une année à l’autre, et cela dans des répertoires toujours plus difficiles. Ces « amateurs » au sens le plus noble du terme, ces étudiants qui aiment la musique et la pratiquent, ont pu apporter les chefs-d’oeuvre dans les lieux de concerts les plus divers, à Paris ou en province, et réaliser des échanges avec d’autres formations du même genre, à Madrid comme à Berlin.

Arriver à si bien jouer et chanter Mozart et Tchaïkovski, Chostakovitch et Ravel, Brahms et Prokofiev : il a fallu pour cela l’énergie et la volonté des animateurs tout autant que l’encadrement musical approprié. Un chef d’orchestre et un chef de chœur de la plus grande compétence, mais possédant aussi ce charisme, cet enthousiasme et cette force d’entraînement sans lesquels les étudiants délaisseraient rapidement une activité aussi exigeante qu’exaltante. Adoubés par les étudiants eux-mêmes, admirés par le public, les merveilleux musiciens que sont Carlos Dourthé et Guillaume Connesson transmettent leur savoir avec un talent et une efficacité dont témoignent les résultats artistiques obtenus.

Maîtriser les difficultés de grandes partitions par le travail en répétitions quand on poursuit ses études supérieures de chimie ou de philosophie, n’est-ce pas un défi ? Ce défi, l’O.C.U.P. le relève largement pour notre plus grand bonheur. Bravo, merci à tous, et longue vie à l’orchestre et au chœur des universités de Paris ! »

 Gilles Cantagrel

 

A cette occasion, un concert du choeur et de l’orchestre exceptionnel aura lieu le 13 Mars 2013 au théâtre des Champs-Elysées!

REQUIEM de VERDI

Directeur Musical Carlos DOURTHÉ, Chef de Chœur Guillaume CONNESSON,

Soprano Barbara MORALY, Mezzo Yael RAANAN VANDOR, Ténor Shi QIU, Basse Wassyl SLIPAK

Présentation Gilles CANTAGREL

Concert complet